Point Marchés Décembre 2021

L’indice CAC 40 a clôturé au 31 décembre 2021  à 7 153, en hausse de +29% sur 2021. 

L’indice MSCI World (sur les actions internationales) termine lui à +20%, et l’indice S&P500 à +27%.

Les marchés émergents ont baissé depuis juin, et terminent l’année à -5% pour l’indice MSCI Emerging.

Il est de tradition de regarder un peu les marchés plus exotiques de la planète, c’est toujours surprenant. Par exemple l’indice Merval au Brésil a fait +68%, alors qu’ils sont en pleine crise économique. L’équivalent au Chili -20%, au Mexique +13%. Et avec un peu de recul, on observe que la vraie hausse des marchés boursiers a eu lieu au premier semestre, quoique les US et l’Europe se sont repris au 4eme trimestre. 

Mais le sujet de cette fin d’année est l’inflation, plus élevée, tenace et un peu moins « temporaire » que prévu. Voir développement ci-dessous.

Quelques stat sur 2021 (source Tikehau podcast) :

Le S&P 500 a battu son record 67 fois en 2021. 

Le marché US est resté très dispersé : les 10 plus grosses capitalisation ont fait +36%.

Microsoft, Apple, Nvidia et Google expliquent 50% de la performance du Nasdaq.

Le Nasdaq sans ses 50 premières valeurs est en négatif ! 

Continuer la lecture

Point Marchés Juin 2019

L’indice CAC a terminé le mois de juin 2019 à 5 538, en hausse de +17% sur 2019, en phase avec la plupart des marchés actions.

A mi-année le record du palmarès des marchés mondiaux est tenu par la Grèce à +45% (+20% sur un an), puis l’Argentine à +38% (+54% sur un an), et la Chine (+30%).

A l’opposé, les marchés en baisse sur 2019 sont peu nombreux : le Chili (-3%), le Maroc (-2%), la Corée et la Malaisie (0).

La pause du mois de mai était saine, et le rebond de juin a entrainé des plus hauts nombreux, sauf en Europe… du coup en ce début juillet, doit-on être optimiste ?

Coté taux, c’est de nouveau la baisse, qui accompagne des anticipations de ralentissement. Le 10 ans US campe dans les 2%, le 10 ans en Europe est négatif dans les pays core, Allemagne France, même les taux Espagnols sont négatifs, jusqu’au 7 ans…

Sur les matières premières, l’or a pris +8% ce mois-ci, à 1410$ l’once, pourtant dans un environnement favorable aux actifs risqués. Le pétrole lui a du mal à remonter au-delà de 65$ le baril de Brent, malgré les promesses de réduction de la production de la Russie et de l’Opep.

Les portefeuilles ont repris des couleurs, et progressivement nous continuons à arbitrer des fonds mixtes vers du cash et des actions.

Nous tenons à votre disposition une sélection de Trackers, et quelques produits structurés sur les segments décotés (banques européennes par exemple) pour attendre de meilleurs idées en touchant des coupons.

Ci-joint et en lien les Révas.

Bonne lecture.

Continuer la lecture

Point Marchés Mars 2019

L’indice CAC a terminé le mois de mars 2019 à 4 350, en hausse de +13% sur 2019, comme la plupart des marchés actions des pays développés et asiatiques (le Nikkei un peu moins, seulement +6%).

Malgré un super début d’année, les investisseurs restent méfiants, les volumes ne sont pas énormes, la hausse se fait un peu à contre cœur, et toujours sur les valeurs de croissance, techno, robotique, intelligence artificielle, digital. La nouvelle collection Printemps est décidément numérique !

Les portefeuilles ont récupéré les trois quarts de leur baisse de fin 2018, dans le meilleur des cas ils sont au niveau de fin 2017, rarement mieux. Les produits de taux en général performent mal, ils n’ont récupéré que la moitié de leurs pertes. Et en actions, ceux qui n’ont pas les pépites techno, mais des cycliques, des banques, des industries, ceux là ne remontent que des deux tiers.

Tout cela nous a incité à refondre notre liste de fonds, voir le mail du 25 mars dernier.

Et à tendre vers des allocations cash + actions, avec le moins possible de produits de taux.

Bonne lecture.

Continuer la lecture

Point Marchés Novembre 2018

L’indice CAC40 termine le mois de novembre 2018 à 5004, en baisse de -6% sur l’année.

Novembre a confirmé octobre : le marché des actions est en vraie correction. Et progressivement le sentiment tourne à la baisse, les marchés de crédit ont eu un mois difficile aussi.

Prise de profits après plusieurs années de hausse, tensions commerciales Chine US, problèmes politiques européens usuels, et surtout surveillance de la croissance américaine, sont les facteurs de ce changement de rythme.

Les taux US sont les éléments directeurs, à la lecture des faits et gestes de la Fed : la Fed a répété deux fois en deux jours la semaine dernière que son rythme de hausse de taux pourrait être ralenti. Le Dollar a baissé, les taux 10Y US aussi, ce qui a fait rebondir les émergents d’environ 5% en trois semaines (la crainte pour les actifs émergents était de voir leur endettement exploser si le Dollar et le 10 ans US allaient plus haut).

En revanche en ce début de semaine de décembre, nouvelle alerte, les taux 2y US (2,95%) sont passés au-dessus des taux 10y (2,90%), un aplatissement de la courbe qui anticipe une potentielle récession (ou ralentissement), peu favorable aux actions.

Bref, on est dans le changement d’ambiance, ce qui est mauvais pour les portefeuilles pour l’instant, et ce pendant sans doute quelques mois.

Les fonds eux même ne sont pas en cause, il s’agit de gérer son exposition de façon à laisser passer l’orage, attention à ne pas vendre tout, on ne saura pas racheter !

Nous envisageons d’alléger les fonds value, la mauvaise idée de l’année, mais faisons le dans le calme et dans l’ordre, sur rebond.

Le baril de pétrole brent est à 59$ fin novembre (52 aujourd’hui), en baisse depuis 2 mois, ce qui pénalise le secteur de l’énergie et les pays concernés.

L’once d’Or est stable à 1220$, et le dollar est à 1,14 contre Euro, plutôt fragile, on pourra revoir 1,18.

Bonne lecture.

Continuer la lecture

Point Marchés Octobre 2018

L’indice CAC40 termine le mois d’octobre 2018 à 5093, en baisse de -4% sur l’année.

Le mois d’octobre a vu se matérialiser une correction sur les actions, attendue depuis quelques mois, après quelques excès de valorisations sur les segments de la cote dits « croissance » comme les techno, le luxe, les GAFA/FANG aux US et en général tout ce qui se payait plus de 25 fois les résultats.

Les marchés de taux ont initié le mouvement fin septembre mais ne bougent plus depuis, avec un 10 ans US à 3,16%, un 10 ans Allemand à 0,35%, évidemment le 10 ans italien à 3,36% est victime de leurs histoires budgétaires.

Le baril de pétrole brent est toujours cher à 77$ et devrait le rester, l’once d’Or est stable à 1220$, et le dollar est à 1,14 contre Euro.

Trois prétextes sur le fond : resserrement monétaire américain et reflux de la liquidité mondiale, incertitude politique (Italie, Brexit…) et craintes liées à la l’évolution de la croissance mondiale, en particulier en Chine. Notons qu’à ce stade, le mouvement tient essentiellement à la baisse des multiples de valorisation des marchés actions et qu’il n’y a guère de contagion aux autres classes d’actifs. Le crédit européen reste stable, et des actifs plus sensibles comme la dette émergente connaissent des fluctuations relativement modestes.

Pour nous il s’agit d’un réajustement de valorisations, on peut en profiter pour trouver des points d’entrée, alors qu’on hésitait à acheter depuis quelques mois, pour ceux qui ont du cash, bien sûr sans précipitation, il va y avoir plusieurs occasions, on peut entrer dans un marché baissier pour quelques mois.

Du coup pour les portefeuilles déjà investis, c’est douloureux, il faut compter des perf en baisse de -5% jusqu’à -8% sur 2018 pour tous, sur le modèle suivant :

La partie secure fait -2 /-4%, c’était déjà le cas avant octobre à cause de la hausse des taux depuis janvier.

La partie actions fait souvent -10%, en Europe parce qu’on avait des actions value, qui font -15%… et sur l’international dès qu’on a un peu d’émergents qui font -20%.

Nous avions désexposé une bonne partie d’entre vous, nous avons passé l’année en cash partiellement, dans l’attente de ce mouvement, mais bien sûr, nous ne sommes pas immunes sur la partie restée investie… et nous ne sommes jamais à 0.

Il faudra quelques mois pour revoir les plus hauts de mai 2018 sur les portefeuilles. Si vous avez des retraits à faire, nous les prendrons sur les parties cash et fonds euro, le reste travaillera quelques mois pour se refaire.

Bonne lecture.

Continuer la lecture

Point Marchés Août 2018

Un point à la rentrée, pour constater des performances extrêmement disparates au sein d’une même classe d’actifs, ce qui donne un global à zéro, un peu frustrant. Le CAC40 termine le mois d’aout à 5407 en hausse de 1,77% sur 2018, mais l’Eurostoxx est à 3392 en baisse de -3%.

Vos portefeuilles sont en général entre -2 et +2, alors que vous entendez que le Nasdaq fait des plus hauts tous les jours. Ci-dessous donc un peu d’analyse.

Sur les actions, la moyenne des fonds référencés sort à +0,7% sur 2018, mais avec des extrêmes étonnants, -14 % sur les Emergents (Carmignac, Magellan, Aberdeen) ou sur la value européenne (Echiquier Value -14%), contre +12% sur certains fonds croissance (Renaissance ou Echiquier Major sur l’Europe, Echiquier World Growth sur l’international à +18, EDRF Big Data sur les US, ou même EDRF US Value). Les portefeuilles qui ne contiennent aucun de ces fonds « record » ont du mal à rester en ligne sur les benchmarks.

D’autant que la partie plus sécuritaire contre-performe, avec les fonds flexibles à -3%, et les fonds obligataires à -2%, voire -12% pour les dettes émergentes (heureusement on en a très peu). La prudence ne paie pas, les Sextant, Sycomore, M&G et Carmignac trainent,  les boosters type H2O sont en panne depuis deux mois.

Bref, c’est une année moyenne pour le moins, mais il n’est pas question de changer brutalement les positions, au moment où l’automne apporte son lot d’incertitudes (Brexit, Italie, élections US, hausse de l’inflation et des taux).

Il faut donc être patients, beaucoup d’entre vous ne sont pas investis à 100%, avec plein de cash en attente pour acheter quand la baisse sera plus franche !

Ci-dessous les commentaires plus macro de certains de nos partenaires, et ci-joint les Révaluations de vos fonds en pdf et en ligne.

Bonne rentrée.

Continuer la lecture

Point Marché Juin 2018

L’indice CAC au 29 juin 2018 est à 5323 points, quasi à 0 depuis le 1er janvier 2018

 Un semestre en demie teinte, marqué par le retour de la volatilité. Entre la politique protectionniste de Trump et les tensions politiques en Europe, les investisseurs sont méfiants .

Mais surtout, pour les marchés, les valorisations sont un peu chères, sur les actions et sur les taux.

Les portefeuilles ont été plutôt allégés depuis mai, et nous restons en cash patiemment en attendant de meilleurs points d’entrée.

Continuer la lecture

Point Marché Janvier 2018

L’indice CAC termine le mois de janvier à 5482, en hausse de 3% sur 2018, après 9% de hausse sur 2017. 

L’année a démarré en fanfare, dans un élan d’optimisme, sur fond de bonnes perspectives macro sur toutes les zones. La croissance est revenue, permettant tous les espoirs de réforme et de résultats.

Un peu de prudence s’impose : on peut prendre des profits, alléger un peu, et faire des provisions de cash.

Néanmoins nous gardons une préférence pour les actions, Europe et Japon, voir ci-dessous les questions de valorisations.

Pas d’obligations, surtout pas de position de taux.

Continuer la lecture

Point Marché Juin 2017

L’’indice CAC termine le mois de juin à 5120, en hausse de 5% sur 2017

Cette fin de semestre mérite un point un peu complet, à commencer par les marchés boursiers de la planète:

Les actions émergentes sont en hausse de +10 à 15% en moyenne (indice MSCI World Emergents), tirées par l’Argentine +32%, l’Inde +18%, Hong Kong +17%.

Les actions américaines sont en hausse de +8% (S&P et Dow, mais le Nasdaq est à +15).

Les actions européennes sont en hausse de 5 à 7% en moyenne, avec quelques outsiders : Espagne +12%, Pologne +18%, Grece +30%, Russie -12%,

Un bon premier semestre, donc, dû à de bons fondamentaux sur toutes les zones de la planète, la croissance reprend en Europe et en Amérique Latine, se poursuit aux US et en Chine, et les sociétés ont publié de bons résultats. Et en plus l’Europe est sauvée pour l’instant.

Cela dit le mois de juin a marqué une pause dans cette tendance, les marchés ont corrigé de 2/3% partout, et les taux ont repris 20bp à la suite des réajustements de politiques monétaires (discours Draghi et Yellen). La correction continue en ce début juillet, normal au seuil de l’été de prendre quelques profits.

Les matières premières sont plutôt en baisse depuis février, avec un baril de pétrole brent à 50$, une once d’Or à 1240$.

Et le dollar s’effrite également, à 1,15 contre Euro.

Continuer la lecture

Point Marchés Février 2017

L’indice CAC termine le mois de février à 4857,  flat sur 2017.

Palmarès des marchés boursiers de la planète, dans l’ordre décroissant :

Les actions émergentes sont en hausse de +10% en moyenne (indice MSCI World Emergents), tirées par l’Argentine, le Brésil, Inde hong Kong, tous autour de 10% déjà.
Les actions américaines sont en hausse de +5% (S&P et Dow, mais le Nasdaq est à +10)
Les actions européennes sont entre 0 et 2% en moyenne, avec déjà quelques outsiders : Pologne +15%, Allemagne Suisse Pays bas +5%, Espagne +4%, Russie -4%,

Le principal évènement du début d’année est le mouvement de défiance envers l’Euro, et la France, à travers les taux. Le risque de voir la France quitter l’Euro (élection Le Pen ou gauche réunie) se paie dans le taux de l’OAT 10ans, à 1% contre le Bund 10 ans allemand à 0,30%. Le spread est passé de 55 à 70 bp en un mois, et reste chatouilleux.

Nous réajustons nos expositions marginalement, en particulier sur les PEA, où les actions Européennes risquent d’appréhender les élections, nous surpondérons alors les actions nordiques, et introduisons éventuellement des actions des pays de l’Est.

Nous conservons la zone Asie, et les fonds Emergents et Commodities pour ceux qui en ont.

Nous renforçons les actions internationales en général.
Nous évitons les obligations, bien sûr, en tout cas pas pour leur rendement, et attention aux erreurs sur les distorsions, H2O et Oaks Field ont payé cher le spread US/Allemagne ou le non redressement de la courbe US.

Continuer la lecture